Production de plants forestiers

chêne, érable, merisier, châtaignier, hêtre, douglas, mélèze, robinier, bouleau, charme, aulne, alisier, frêne, noyer, tilleul, orme, pin noir,…..

…..

Nos productions de forestiers

Chêne ou Quercus

Le bord des feuilles est lobé, denté ou entier. Les feuilles sont simples et alternes. Le fruit est un akène, appelé gland, fixé dans sa cupule — le gland du chêne pédonculé possède un long pédoncule alors que le gland du chêne sessile possède un pédoncule court.On distingue deux grandes catégories de chênes : ceux dont le feuillage est caduc, tombant en automne, parfois au printemps (chêne rouge, chêne chevelu, chêne pubescent, chêne tauzin et chêne rouvre) ; ceux dont les feuilles sont persistantes, arbres poussant surtout sur les rivages méditerranéens (chêne vert, chêne kermès et chêne-liège) ainsi qu’en zones subtropicales et tropicales en Amérique et en Asie. Les premiers, généralement plus grands, ont des feuilles divisées en lobes ou crénelées ; les seconds ont des feuilles entières ou à dents épineuses.


Hêtre ou fagus

Le hêtre commun (Fagus sylvatica), couramment désigné simplement comme le hêtre est une espèce d’arbre à feuilles caduques, indigène d’Europe, appartenant à la famille des Fagaceae, tout comme le chêne et le châtaignier. Il est l’une des principales essences constitutives des forêts tempérées caducifoliées d’Europe où on peut le trouver en peuplements exclusifs de hêtraies pures ou le plus souvent associé à d’autres espèces majeures dans des forêts feuillues, principalement avec le Chêne rouvre, ou dans des forêts mixtes avec le Sapin pectiné ou l’Épicéa commun. C’est une essence bio indicatrice d’un climat tempéré humide. Les forestiers en pratiquent de longue date la sylviculture pour produire du bois de futaie principalement destiné à l’ameublement. Il est également utilisé comme source de bois de chauffage, surtout en zone de montagne.


Erable ou Acer

La plupart des érables peuvent atteindre entre 10 et 40 m de hauteur. Les autres relèvent plus du terme d’arbrisseau, mesurant moins de 10 m. La plupart des espèces ont des feuilles caduques, mais une minorité en Asie du Sud et dans le bassin méditerranéen sont sempervirentes. La plupart des érables tolèrent le manque de luminosité. Le fruit de l’érable, appelé samare, est jumelé en disamare, en forme d’hélice. La graine peut ainsi, grâce au vent, être transportée sur des distances considérables. Elle parvient à maturité sur l’arbre de quelques semaines à six mois selon l’espèce.


Merisier ou Prunus avium

Le genre Prunus est composé de nombreuses essences, qu’il est parfois difficile de différencier. Le merisier se reconnaît sans erreur grâce à deux (ou trois) nectaires (petites glandes rouges nectarifères) situées à la base de ses feuilles. Le merisier8 est un grand arbre à fût droit et cylindrique, à croissance très rapide, qui atteint 15 à 25 m de haut et 0,60 m de diamètre. Il vit environ 100 ans et est très exigeant en lumière. Son écorce fine a tendance à s’exfolier en lanières horizontales. Les jeunes rameaux sont brun-rouge, brillants. Les feuilles sont elliptiques, alternes, dentées (précisément biserretées). Le pétiole de 2-7 cm de long, porte deux glandes rouges à la base du limbe (les nectaires). Ses fleurs blanches pédonculées sont disposées en petits bouquets latéraux. La floraison a lieu aux mois d’avril-mai, juste avant la feuillaison. C’est une espèce allogame, auto incompatible dont la fécondation croisée doit être assurée par les insectes pollinisateurs.


Mélèze ou Larix

On appelle « mélèze » divers arbres des régions tempérées de l’hémisphère nord. Ils font partie de la famille des Pinaceae. Ils atteignent facilement 20-45 mètres de haut. Le mélèze perd ses aiguilles en automne et en hiver, a une masse volumique de 600 kg/m3 et c’est un bois mi-dur et hétérogène avec l’aubier apparent. Il est très apprécié en menuiserie, charpente et utilisé dans la construction de chalets.


Douglas ou Pseudotsuga

Le Douglas n’est ni un pin, ni un sapin mais on l’appelle souvent pin de Douglas. Il aime les sols frais légèrement acides, résiste bien au froid, supporte l’élagage. Atteignant aux Etats-Unis des dimensions de 100 m et plus, les sujets plantés en France approchent aujourd’hui 50 m. Il est très séduisant pour les reboiseurs par sa croissance spectaculaire. On en trouve de très beaux spécimens dans les monts du Beaujolais. Les branches sont étalées à la base, souvent redressées à l’extrémité. Ses aiguilles sont molles et persistantes. Elles dégagent une vive senteur balsamique ou de citronnelle lorsqu’on les froisse. Chez les jeunes sujets, l’écorce est assez lisse et grise avec de nombreuses pustules de résine horizontales.


Robinier Faux Acacia ou Robinia Pseudoacacia

En général, le robinier mesure de 15 à 20 m, il atteint parfois les 30m. Ses feuilles sont caduques, alternes et composées. Elles ont 10 à 14 folioles latérales qui se terminent par une épine très fine. L’écorce brin gris, se fissure chez les vieux arbres, d’un réseau de crevasses sinueuses.


Bouleau ou Betula

Les bouleaux font partie de la famille des bétulacées. Les bouleaux poussent en général sur les terres pauvres et souvent siliceuses, jusqu’à 2 000 m d’altitude, ainsi que dans les régions arctiques. Les bouleaux sont des plantes pionnières qui constituent souvent la première formation arborée lors de la reconquête ou de la colonisation de landes par la forêt. Ils apprécient les sols plutôt acides et humides. Les bouleaux forment des futaies appelées boulaies ou boulinières ou encore des bétulaies. Il existe quatre espèces de bouleaux en Europe, dont deux arbres largement répandus : Betula pendula, le bouleau verruqueux, et Betula pubescens, le bouleau pubescent, et deux arbrisseaux des régions arctiques : Betula nana, le bouleau nain, et Betula humilis. De nombreuses autres espèces se rencontrent en Asie et en Amérique du Nord. En climat tempéré, les bouleaux meurent assez rapidement (15-30 ans), mais plus au nord (Suède, Finlande, Sibérie, etc.) ils peuvent vivre jusqu’à 100 ans et plus. Cet arbre caduc majestueux de la famille des betulaceae fleurit d’avril à mai. Ses fruits sont des cônes allongés de 10 cm de longueur, dressés puis pendants pour le mâle et de 3 cm dressés pour la femelle. Cet arbre à l’écorce blanche écaillée peut atteindre 20 à 30 m de hauteur et jusqu’à 60 cm de diamètre à la base. On attribue à sa sève, ainsi qu’à son écorce, de nombreuses propriétés médicinales et autres).


Charme ou Carpinus Betulus

Les charmes sont des arbres pouvant mesurer jusqu’à 25 mètres, à feuilles marcescentes, alternes, petites (de 3 à 10 cm de long), simples, avec le bord du limbe finement denté. Les fleurs sont regroupées en inflorescences, en forme de chatons pendants, pollinisées par le vent. Les fleurs mâles et femelles se trouvent sur des chatons distincts mais les deux sexes sont présents sur chaque plante (espèce monoïque). Les fleurs mâles dépourvues de périanthe sont réduites aux étamines au nombre de 10 à 20. Les fleurs femelles ont un pistil constitué d’un ovaire à deux loges surmontées de deux stigmates et sont munies d’un calice. Les fruits sont des akènes ligneux de 3 à 6 mm de long, attachés à une bractée en forme de feuille simple ou trilobée qui forme une aile favorisant leur dispersion. On trouve généralement de 10 à 30 graines par chaton. Le tronc et les plus grosses branches sont parcourus de cannelures hélicoïdales. L’écorce a des taches blanches.


Châtaignier ou Castanea

La taille du châtaignier est de 20 à 30 mètres. La croissance du châtaignier est très rapide. En à peine 20 ans il a atteint sa taille adulte. Son âge moyen est de 1000 ans. Ses feuilles font 20 cm. Un des châtaigniers les plus gros de toute la France est celui de Cess. Son écorce est lisse et longue. Les feuilles mesurent 15 à 20 cm de long et 9 à 10 cm de large. Elles sont oblongues (très allongées) et lancéolées (en forme de fer de lance ou de plume), plutôt dures. De couleur vert sombre en été, elles virent au jaune pâle en automne avant de devenir brunes. Le bord du limbe est fortement denté, ce qui correspond à la terminaison des nervures (au nombre de 20), proéminentes et parallèles de chaque côté de la nervure centrale. Le pétiole est jaunâtre ou rouge et mesure 2.5 cm environ. Le fruit du châtaignier est la châtaigne. Cette dernière se trouve dans une bogue piquante. Cette bogue contient 2 ou 3 châtaignes.


Aulnes Glutineux ou Alnus Glutinosa

Les aulnes sont des arbres de taille moyenne, pouvant atteindre 20 à (rarement) 30 mètres, à feuilles caduques, croissant dans les bois humides ou marécageux, ou encore en bord de cours d’eau. Les fleurs sont organisées en chatons mâles et femelles. Les chatons femelles donnent naissances à des “cônes” ligneux de deux à trois centimètres de longueur, abritant les graines. Alnus glutinosa, l’aulne le plus commun en Europe de l’Ouest, se distingue par ses feuilles largement ovales, crénelées-dentées, et ses jeunes pousses printanières collantes au toucher. Leur bois d’une couleur rouge caractéristique est imputrescible et léger, il est employé notamment pour les pieux de pontons. La couleur rouge puis rosée du bois fraichement coupé ou travaillé ne persiste pas. Elle est dégradée par la lumière. La rhizosphère de l’aulne encourage des bactéries fixatrices d’azote. L’aulne contribue aussi à la fixation et résilience écologique des berges et ripisylves. L’Aulne est, avec le saule et certains peupliers, l’une des espèces les mieux adaptées à l’eau.


Alisier ou Sorbus

Les alisiers sont des espèces du genre Sorbus (sorbier) de la famille des Rosacées ; « alisier » désignant les espèces à feuilles simples et « sorbier » celles à feuilles composées.


Frêne ou Fraxinus

Le frêne est un bois dur. Il est employé pour fabriquer un parquet solide mais un peu trop uniforme de couleur pour le goût du jour. C’est le bois des manches : pelles, haches, pioches, etc., car il est flexible. Ce bois est également utilisé pour la fabrication des cercles à fromage, pouvant prendre une forme arrondie et la garder même après plusieurs utilisations car il est très “nerveux”. Dans le Massif central, lors des étés secs, les paysans récoltent le feuillage pour nourrir les ruminants. Les feuilles de frêne entrent dans la composition de tisanes dont celle dite “du centenaire” ; elle peut être consommée tout au long de la vie sans contre-indication et agit contre les douleurs articulaires et des maladies comme la goutte. De la frênette, boisson fraîche et pétillante, était fabriquée dans des familles angevines, jusque dans les années 1960. Les feuilles étaient séchées puis mises en tisane. On ajoutait sucre et levure de boulanger. On laissait le tout quelque temps en barrique, puis on le mettait en bouteilles. A l’époque en faisait ses besoin dessus car il y en n’avait dans tout les jardin.


Noyer ou Juglans

Les Juglans sont des arbres de grande taille, à feuilles caduques, glabres, alternes, imparipennées avec des folioles aromatiques de saveur amère et astringente, à branches très ramifiées, à la cime large et touffue. Ce sont des plantes monoïques à sexes séparés, à pollinisation anémophile. Les fleurs petites verdâtres sont unisexuées. Les fleurs mâles (staminées) sont groupées en épis ou chatons allongés, elles comptent jusqu’à 36 étamines. Les fleurs femelles (pistillées) sont réunies par groupes de 2 à 4, elles ont un stigmate bilobé. Les fruits sont généralement des drupes indéhiscentes, à endocarpe sclérifié, contenant une seule graine à cotylédons développés et riches en matière grasse, le fruit qui pousse sur l’arbre est la noix.


Tilleul ou Tilia

Les tilleuls sont des arbres à croissance rapide, pouvant atteindre 35 m de haut, aux branches assez largement étalées. Le tronc présente une écorce lisse, se gerçant avec l’âge. Les feuilles, caduques, sont simples, alternes, généralement en forme de cœur avec une longue pointe au bout et à bord denté. Les fleurs sont hermaphrodites, pouvant donc être à la fois de sexe féminin ou masculin. À cinq sépales et cinq pétales libres de couleur blanc jaunâtre, avec de nombreuses étamines. Elles sont groupées en cymes bipares, chaque cyme ayant à sa base une bractée oblongue et translucide, de couleur jaunâtre. Les fruits sont des petites capsules sèches et globuleuses.


Orme ou Ulmus

Famille des Ulmaceae ou Ulmacées atteignant une trentaine de mètres (et rarement 40 m), originaires de l’Europe occidentale et de l’Amérique du Nord, dès le début de l’ère tertiaire, il y a 65 millions d’années. L’orme est un arbre de haute futaie, et fournit un excellent bois d’œuvre, pratiquement comparable au bois de chêne. Il a pratiquement disparu d’Europe de l’Ouest en raison de la graphiose. L’écorce fissurée, sauf chez les jeunes spécimens. Feuilles caduques, généralement alternées, simples, doublement dentées et souvent nettement dissymétriques à la base (comme chez le micocoulier) (ce qui permet la distinction avec les charmes qui ont des feuilles semblables mais symétriques). Fleurs sans pétales et en glomérules rouges apparaissant en mars sur les rameaux de l’année précédente.


Pin noir ou Pinus nigra

C’est un grand arbre puisque sa taille atteint 20 à 55 mètres de hauteur à sa maturité. La couleur de son écorce est jaune-brun à gris selon les sous- espèces ; elle est couverte de larges écailles plates séparées par de profondes fissures qui s’élargissent de plus en plus avec l’âge. Les feuilles, nommées aiguilles, sont groupées par deux dans une gaine ; elles sont de couleur vert-jaune (sous-espèce salzmannii) à vert foncé (sous-espèce nigra) et ont huit à vingt centimètres de longueur. Les cônes d’ovules et de pollen apparaissent à partir de mai ou juin. Les cônes de graines mûres ont de cinq à dix centimètres de long, et ont des écailles arrondies ; le mûrissement, qui s’effectue en septembre et novembre, dix-huit mois après la pollinisation, fait passer leur couleur du vert au jaune chamois clair. Les graines, pourvues d’ailes, sont dispersées par le vent lors de l’ouverture des cônes, de décembre à avril. De grosses quantités de graines sont produites tous les deux à cinq ans. Sa croissance est modérément rapide, de 30 à 70 cm. par an après les deux premières années. En général, il présente une silhouette conique arrondie, devenant irrégulière avec l’âge. Il a une assez grande longévité : quelques-uns ont plus de cinq cents ans. Le bois du pin noir, semblable à celui des pins sylvestres (Pinus sylvestris) et pins rouges (Pinus resinosa), est modérément dur et présente un grain droit. Il tend cependant à être plus rugueux, plus mou et moins fort, en raison de la croissance plus rapide de l’arbre. Il résiste bien aux dommages occasionnés par la neige et la glace, mais n’apprécie pas l’ombre et a besoin de beaucoup de soleil pour bien se développer : « Essence de lumière, dont les semis peuvent néanmoins supporter un léger ombrage »

…..

…..

réalisation : Netcreative